Passage Mélété

Ouvrir le champ des possibles pour que chacun trouve sa place et s'y sente bien!

By

la sophrologie

By

LE BURN OUT

 Troubles du sommeil, fatigue persistante, prédisposition à la maladie, addictions, baisse d’efficacité, difficultés à se concentrer, troubles de la mémoire, manque d’entrain, sentiment de culpabilité, dévalorisation, pessimisme, perte de confiance en soi, agressivité, sautes d’humeur, repli sur soi… voici à titre indicatif, les signes avant-coureurs du burn-out.

 Selon l’Organisation mondiale de la Santé (OMS), l’épuisement professionnel ou burn out se caractérise par « un sentiment de fatigue intense, de perte de contrôle et d’incapacité à aboutir à des résultats concrets au travail». Ce syndrôme est étudié dans le cadre de la prise en charges des RPS (Risques PsychoSociaux)

Il existe une diversité de situations vécues plus ou moins bien par les travailleurs : conditions de travail, relations avec les collègues/les clients, hiérarchie, environnement…

Le burn-out se traduit par 3 phases :

  • L’épuisement émotionnel : la personne est résolument « vidée » de ses ressources, souffrant d’une fatigue extrème et chronique.
  • L’attitude négative : la personne se détache de ses tâches professionnelles, elle se desinvestit, réduit les contacts avec les collègues. Il s’agit sans doute d’une stratégie d’adaptation, une réponse d’auto-survie, face à un environnement qui est devenu nocif pour l’individu.
  • Le manque d’accomplissement de soi : La personne se sent dévalorisée, manque de confiance en elle, a le sentiment de ne pas être à la hauteur des tâches demandées.

Les symptômes sont nombreux et peuvent être cumulés :

  • Emotionnellement, l’individu perd le contrôle : peur, tristesse, manque d’entrain, irritabilité ou forte indifférence ;
  • Sur le plan physique, on peut constater les troubles du sommeil, la fatigue chronique, d
    es tensions musculaires, des maux de tête, des vertiges… ;
  • En termes cognitifs, la personne a du mal à se concentrer, à réaliser plusieurs tâches à la fois, à prendre des
    décisions ;
  • Les relations interpersonnelles sont souvent difficiles : repli sur soi, tendance à l’agressivité, intolérance à la frustration, ressentiment ;
  • Le comportement peut devenir addictif en réponse à la pression ressentie ;
  • La motivation baisse puisque la personne est desinvestie et manque d’estime d’elle-même.

 Je vous propose maintenant de regarder ensemble et de manière objective comment le coaching peut-être une réponse utile à titre individuel et personnel pour prévenir, faire face, voire rebondir après un burn-out.

En cas de burn-out, il est parfois difficile de prendre seul ce recul sur toutes les choses qui nous ont éloignés petit à petit de notre centre d’équilibre. La situation est toujours vécue comme un échec.

Le coaching est un des moyens qui permet à quiconque, de manière pratique, de faire le point sur une situation qui le dépasse au premier abord, de se ressourcer pour retrouver l’énergie nécessaire pour avancer et de mettre en place les bases d’un avenir durable, écologique et respectueux de lui-même.

 1/3 des personnes ayant vécu un burn-out, rechute car elles n’ont pas mis en place une vraie stratégie pour rebondir.

Au-delà du soutien nécessaire des proches, il est vivement conseillé de faire appel à un professionnel pour réussir à reprendre votre vie sereinement en main.

Le coach va vous amener à définir des objectifs concrets et mesurables, pour atteindre un état d’équilibre vous permettant d’éviter ou de surmonter un burn-out.

Pour cela, j’utilise divers outils : bien sûr, le questionnement ( la maïeutique) qui vous guidera à travers une réflexion approfondie vers une meilleure connaissance de vous-même, et surtout l’identification de vos valeurs et vos limites. L’écoute active vous assure une meilleure compréhension de vos raisonnements, vos comportements en vous offrant un miroir non jugeant ; la PNL vous permet de changer de regard sur vous-mêmes et d’améliorer vos relations interpersonnelles. Enfin, je vous proposerai des exercices de sophrologie pour maitriser votre stress, apprendre à repérer vos émotions, et retrouver un équilibre.

Le burn-out est caractérisé par un oubli de soi ! Je vous guiderai vers la prise en compte de vos besoins fondamentaux, la reconnaissance de votre valeur (professionnelle et personnelle), la confiance en vos capacités et l’ouverture à un futur bienveillant.

Claire Truquet

Coach certifiée & sophrologue

Pour tout renseignement :

claire@passage-melete.com

Tél. : 07 83 58 26 43

www.passage-melete.com

 

 

 

 

By

Comment se sentir à sa place et l’assumer pleinement ?

Nous sommes uniques, formidables, qualifiées, expérimentées, félicitées…. oui, mais on continue à se demander si on mérite vraiment la place qu’on s’est octroyée !

Le sentiment d’illégitimité est typiquement féminin; peu d’hommes se posent les mêmes questions que nous : en serai-je vraiment capable ? Suis-je réellement prête ? Et s’il se passait ça… ou ça… comment je ferai ? Et si je me plante ? Et si je ne suis pas assez formée pour ça ?

« Je suis à côté de la plaque » peut-on se dire alors que les collègues sont satisfaits et que le client est comblé !

Ce sentiment d’illégitimité est la conséquence d’un déni de reconnaissance.  Cette reconnaissance, on l’acquiert grâce au premier regard posé sur nous, celui de nos parents et de notre entourage proche.  La façon dont le bébé et l’enfant sont regardés va définir les contours de la personnalité, constituer l’image qu’on a de soi et des autres. Dans la reconnaissance de ses parents, l’enfant cherche à être aimé ; c’est grâce à cette acceptation et cet amour qu’il peut s’affirmer par la suite et avoir sa place dans le monde: si ma valeur est légitimement reconnue, j’ai donc légitimement le droit de m’exprimer !

La légitimité se traduit par une attitude de confiance en soi : « je suis capable de faire ceci…., je suis reconnue pour cela…. ». La confiance s’acquiert par l’expérience, la connaissance de soi, l’acceptation de soi, la paix avec soi : être en contact avec ses valeurs profondes est indispensable pour se montrer authentique, aimable ( dans le sens : être aimé), efficace.

Comment faire pour se reconnaître enfin, pour trouver son identité et occuper pleinement la place que l’on souhaite ?

Notre société est certes individualiste ; quand on souffre d’un manque de reconnaissance, il est vain de chercher à être sans cesse rassurée par les autres ; au contraire, plus vous chercherez à être aimée, appréciée, plus vous vous plierez en quatre pour les autres, plus votre investissement sera généreux, et plus vous prouverez que vous n’existez que pour et par les autres. Prenez soin de vous : procurez-vous l’affection dont vous n’avez peut-être pas bénéficié, reconnaissez-vous en vous regardant objectivement ! Ne cherchez pas l’approbation, l’admiration ou même l’attention des autres, soyez votre propre fan !

L’amour commence par soi-même : si je me mets en valeur, si ma posture est congruente, si mes propos sont authentiques, je serai capable de relever les défis ! Si je connais bien mes capacités et mes limites, je peux me faire confiance et avancer sur mon chemin personnel.

Se reconnaître est une force intérieure, propice à la progression, à la stabilité émotionnelle et la motivation intrinsèque !

Aidons-nous à grandir avec confiance, en sécurité, en toute indépendance !. Et alors, nous accueillerons cette reconnaissance extérieure avec enthousiasme, en cohérence avec nos vraies valeurs !

Soyez-lumineuse ! Soyez-vous-même !

Bien à vous,

Claire,

Coach en développement personnel, sophrologue

By

Stressons utilement!

L’angoisse,  l’inquiétude, l’anxiété, le stress

La famille émotionnelle en question ici est celle de la peur : la peur est une émotion ressentie généralement en présence ou dans la perspective d’un danger. Bien sûr, la peur est nécessaire car elle permet de développer des stratégies pour survivre. La réponse physiologique à une peur déclenche une libération d’adrénaline qui permet d’utiliser les deux stratégies de survie les plus importantes : fuir ou combattre. Cette décharge chimique permet d’activer et d’accroître la fonction neuromusculaire et de diminuer les sensations douloureuses afin d’avoir une réponse optimum face au danger. Il est très rare à Boulogne ou même dans les pays européens d’être confronté à un lion en liberté ou un ours prêt à nous dévorer ! Ces menaces extrêmes qui concernent directement la survie du corps existent peu. Dans notre société, les peurs, généralement, deviennent une interprétation subjective d’une réponse corporelle à une situation perçue comme dangereuse et/ou issue de l’environnement culturel, familial ou religieux. 

Lorsque l’anxiété, l’angoisse ou le stress perdure, de nombreux désordres physiologiques et psychologiques apparaissent.

Parlons maintenant des agents stresseurs !

Les agents stresseurs sont la cause du stress, les responsables des pressions quotidiennes ou des agressions auxquelles nous sommes exposés et auxquelles notre organisme doit faire face pour se défendre.

L’agent stresseur peut prendre différentes formes :

  • physique ou psychologique avec des formes intermédiaires et mixtes
  • ponctuelle ou permanente.
  • conjoncturelle c’est à dire lié à un évènement ou structurelle et cette fois liée à l’environnement dans lequel on vit .
  • professionnelle ou personnelle c’est à dire liée à sa vie familiale, conjugale ou amicale
  • avec ou sans intervention possible. Un agent stresseur auquel il est possible de s’opposer devrait être moins lourd qu’un autre sans issue de changement possible.

La notion de stress correspond à la réaction physiologique, émotionnelle, affective et psychologique de l’individu soumis aux stresseurs.

Face au stress, le corps se défend

  • Le système cardiovasculaire pompe.

Vos battements cardiaques augmentent et pompent plus de sang vers vos muscles.

Vos artères se contractent pour augmenter votre pression artérielle

Vos veines se dilatent pour faciliter le flot de sang vers le cœur et l’oxygéner.

  • La respiration s’approfondit.

Vos poumons, votre gorge et vos narines s’ouvrent pour laisser entrer plus d’air et accélérer votre respiration.

Votre respiration s’approfondit et laisse entrer plus d’oxygène dans votre sang.

  • Les sens s’aiguisent pour vous garder alerte.

Vos pupilles se dilatent pour augmenter votre vision

Vos poils se dressent et vous rendent plus sensible au toucher.

Vous sécrétez de l’endorphine (un analgésique naturel) pour endormir la douleur en cas de blessure et vous aider à rester concentré.

  • La digestion est interrompue.

Les vaisseaux sanguins de l’estomac, de l’intestin et des reins se contractent.

Votre bouche s’assèche et votre vessie et vos intestins ne fonctionnent plus normalement.

  • La peau change.

Les vaisseaux sanguins sous la peau se resserrent et réduisent ainsi le risque de perdre trop de sang en cas de blessure.

Les glandes sudoripares s’activent pour vous rafraîchir en suant.

  • Le système reproducteur s’arrête.

L’ovulation est interrompue et la production d’estrogènes diminue.

Les testicules réduisent leur production de testostérone.

STRESSEURS POSITIFS/STRESSEURS NEGATIFS

Songez aux six derniers mois. Indiquez, ci-dessous, des exemples de stresseurs positifs et de stresseurs négatifs qui sont survenus dans votre vie durant cette période.

Mes stresseurs positifs

 

 Mes stresseurs négatifs

 

Evènements / Sources de stress

Les grands événements de la vie causent du stress.  Bien que vous soyez en mesure de surmonter un événement important, une série d’événements qui se produisent sur une courte période de temps peut poser un problème grave.

Passez en revue la liste d’évènements importants de la vie ci-dessous. Cochez tous ceux qui sont survenus dans votre vie au cours des douze derniers mois. Veuillez noter que certains des événements sont dépendants de votre volonté tandis que d’autres ne le sont pas.

Événements importants de la vie

  • Nouvel emploi
  • Commencer l’école ou obtenir son diplôme
  • Divorce ou séparation
  • Retraite
  • Blessure ou maladie grave
  • Maladie grave dans la famille
  • Mariage
  • Grossesse ou naissance d’un enfant
  • Licenciement ou perte d’emploi
  • Mort d’un membre de la famille
  • Problèmes d’ordre sexuel
  • Mort d’un ami intime
  • Changement important sur le plan financier
  • Difficultés au travail
  • Changement important sur le plan des affaires
  • Enfant qui quitte la maison
  • Ennuis avec les beaux-parents
  • Changement de résidence important
  • Cesser de fumer ou de boire
  • Nouvel emploi du conjoint
  • Recevoir une reconnaissance importante

_____ Nombre total d’événements importants de la vie au cours des douze derniers mois.

Les circonstances du stress

Où et quand êtes-vous le plus susceptible d’éprouver du stress?

Ressentez-vous plus de stress un jour particulier de la semaine ou à un moment particulier de la journée?

Associez-vous certaines personnes à vos situations stressantes?

Comment réagissez-vous au stress?

Décrypter ses émotions

L’émotion peut submerger l’individu, de par la multitude de paramètres physiques mis en œuvre. Analyser son émotion, la relier à des souvenirs familiaux, à des habitudes culturelles, à des événements similaires permet de mieux les identifier et les comprendre.

La compréhension des émotions passe par la notion de besoin.

Derrière chaque émotion, il y a un besoin.

 A l’origine, il s’agissait de notre besoin de survie, comme je l’ai indiqué au début de cet article. Selon François LELORD, psychiatre et psychothérapeute,  « notre gamme d’émotions s’est inscrite dans nos gênes dans la mesure où elles assurent notre survie. Tout comme notre capacité à nous tenir debout ou à saisir des objets nous a permis de mieux survivre et de nous reproduire dans notre environnement: le désir nous pousse à choisir un partenaire; la colère, à faire fuir les ennemis ; la peur nous tient à distance des périls ; la tristesse nous assure le soutien des autres. »

Les émotions s’enracinent dans des besoins qui sont ou ne sont pas satisfaits. Ainsi comprendre le sens de nos émotions, c’est évaluer ses besoins et dans quelle mesure ils sont satisfaits. Si on ressent des émotions positives comme de la joie, cela indique que le besoin est comblé ; si ce sont des émotions négatives comme la colère, cela indique que le besoin n’est pas comblé et qu’il faut y remédier.

Donc pour comprendre ses émotions, il faut se poser 3 questions :

Quel est le besoin en cause ?

Qu’est ce qui aide ou nuit à la satisfaction du besoin ?

Comment éviter l’insatisfaction ?

L’intensité de l’émotion, sa force et son importance sont en rapport avec le vécu de chacun. Personne, face à des circonstances similaires, ne vivra les mêmes émotions, n’aura le même ressenti. Identifier et comprendre les émotions est donc une démarche complètement personnelle : le message véhiculé par l’émotion ne peut être compris et décodé que par celui qui vit cette émotion.

Relation entre Besoin et Emotion/Ressenti

Voici 2 listes issues de la communication Non Violente ( M. Rosenberg) Ces listes ne sont qu’un point de départ pour votre propre exploration

Ressentis lorsque nos besoins sont satisfaits

AffectueuxSE

aimantE

amicalE

bien disposéE

chaleureuxSE

compatissantE

le coeur ouvert

plein de tendresse

Sûr de soi

confiantE

en sécurité

fierE

ouvertE

pleinE d’énergie

CaptivéE

absorbéE

charméE

curieuxSE

en extase

éveilléE

fascinéE

impliqué

intéresséE

intriguéE

plongé dedans

sous le charme

stimuléE

InspiréE

éblouiE

émerveilléE

en admiration

EnthousiasméE

admiratifVE

animéE

bouche bée

électrifiéE

en effervescence

excitéE

gaiE

légerE

passionnéE

pleinE d’énergie

pleinE d’entrain

surprisE

vibrantE

vivantE

Euphorique

aux anges

electriséE

exubérantE

exultant

follement heureux, extasiéE

frissonne de joie

radieuxSE

raviE

ReconnaissantE

émuE

pleinE d’appréciation

pleinE de gratitude

touchéE

PleinE d’espoir

en attente

encouragéE

optimiste

JoyeuxSE

amuséE

chatouilléE

contentE

heureuxSE

jubilantE

raviE

réjouiE

Paisible

à l’aise

adouciE

apaiséE

au repos

calme

centré

combléE

confiantE

d’humeur égale

détenduE

immobile

les idées claires

satisfaitE

sereinE

soulagéE

tranquille

RevigoréE

ragaillardiE

rajeuniE

régénéréE

reposéE

ressucitéE

vivifiéE

 

Ressentis lorsque nos besoins ne sont pas satisfaits

Peur

appréhensifVE

effrayéE

épouvantéE

inquietE

méfiantE

méfiantE

paniquéE

pétrifiéE

soupçonneuxSE

terrifiéE

AgacéE

consternéE

contrariéE

exaspéréE

frustréE

horripiléE

impatientE

irritéE

maussade

mécontentE

très ennuyéE

FachéE

en colère

enragéE

furieuxSe

indignéE

révolté

Aversion

animosité

écoeuréE

dégoutéE

haine

horrifiéE

hostile

me déplait

mépris

repousséE

DésorientéE

abasourdiE

déconcertéE

époustoufléE

hésitantE

intriguéE

mystifiéE

partagéE

perduE

perplexe

tirailléE entre 2 choix

DétachéE

absentE

aliénéE

distantE

distraitE

engourdiE, insensible

ennui

froidE

indifférentE

non intéresséE

renferméE

InquietE

agitéE

alarméE

bouleverséE

chambouléE

choquéE

déconcertéE

ébranléE

enervéE

instable

interloquéE, sursaut

mal à l’aise

nerveuxSE

pas tranquille

perturbéE

surprisE

tourmentéE

troubléE

turbulentE

vexéE

GênéE

coupable

dépitéE

embarasséE

empruntéE

honteuxSE

mortifiéE

FatiguéE

à bout

accabléE de fatigue

ensommeilléE

épuiséE

lasSE

léthargique

sans énergie

uséE

vidéE

Douleur

à l’agonie

accabléE de douleur

affligéE

anéantiE

blesséE

coeur brisé

pris de regrets

pris de remords

seulE

Triste

abattuE

cafardeuxSE

chagrinéE

découragéE

déçuE

délaisséE

dépriméE

désabuséE

désespéréE

écoeuréE

le coeur lourd

malheureuxSE

mélancolique

misérable

sans espoir

TenduE

affoléE

agitéE

angoisséE

crispéE

débordéE

grincheuxSE

instable

irritable

ne tient pas en place

nerveuxSE

stresséE

Vulnérable

faible

impuissantE, sans défense

mal assuréE

méfiantE

précaire

réservéE

sensibilité à vif

sur ses gardes

Désirer, languir de

avoir envie

en attente

envieuxSE

jalouxSE

mélancolique/nostalgique

Après l’observation et l’analyse, il faut passer à l’ACTION !

Rappelez-vous une émotion ou un contexte auquel vous avez voulu échapper ou que vous avez eu du mal à assumer.

Indiquez sur cette ligne du temps les effets à court terme et long terme de ce mécanisme d’évitement/affrontement. Il est bien sûr nécessaire de choisir l’option dans la case « évitement ou confrontation » selon votre situation personnelle : Fuyez-vous devant une situation difficile (un conflit interpersonnel par exemple) ou vous battez-vous ?

ligne temps

Vous voulez en savoir plus? 

Contactez-moi!

Claire TRUQUET, Coach en développement personnel et sophrologue.

claire@passage-melete.com

www.passage-melete.com

www.passage-melete.com

 

 

 

 

 

By

Le stress

QU’EST-CE QUE LE STRESS ?

Les 3 formes de stress

Exploité, surbooké, harassé, pressuré… voici souvent ce qu’on entend… besoin d’air, envie de souffler, de faire un break… leitmotiv de tout un chacun ! Préoccupés par des soucis au quotidien, les français s’attardent parfois sur les symptômes de leur mal-être sans pour autant réussir à en comprendre l’origine, sans savoir comment en réduire l’impact. Le stress est un sujet à la mode, un sujet dont tout le monde parle, un sujet à explorer… Read More