Passage Mélété

Ouvrir le champ des possibles pour que chacun trouve sa place et s'y sente bien!

By

Les Access bars®

Les Bars sont un des processus corporels d’Access Consciousness ® .Les bienfaits sont nombreux, les séances de bars permettent notamment de: réduire le stress et l’inquiétude, améliorer le sommeil, calmer les pensées qui tournent sans cesse dans la tête, renforcer la confiance en soi, soulager les douleurs physiques, faciliter la perte de poids.

C’est une technique au cours de laquelle 32 points sur la tête sont touchés en douceur.

Elle a pour effet de dissiper la charge électromagnétique qui maintient en place les pensées, considérations, conclusions, attitudes, émotions et sentiments que vous avez accumulés et qui vous limitent dans différents domaines.

Une séance de Bars apporte une relaxation profonde et élimine l’impact négatif que les pensées, sentiments et émotions ont sur les cellules de votre corps.

Témoignages:

« Après 4 séances d’Access Bars, j’ai constaté les bienfaits suivants: meilleure concentration, diminution réelle de mes tremblements, plus de confiance en moi,  diminution du stress lors des examens »

« Il y a une semaine, j’étais vidée, épuisée, en proie au stress et anxieuse. Sept jours après la sance, je dois dire que tout cela s’est tout simplement dissipé. J’ai à nouveau confiance en moi, je ris, je suis motivée, j’ai retrouvé toute cette semaine du plaisir à accomplir mon travail, ce qui n’était pas arrivé depuis des mois.« 

« J’ai découvert cette technique par hasard… »pour les personnes dont les idées tournent en boucle. » . C’était bien ça et il était urgent de faire quelque chose avant que mon cerveau implose. 1 séance plus tard, je suis  libérée…libérée de ces idées sombres qui tournaient en boucle jour et nuit, sans solution, ni réponse, destructrices et qui empêchent d’avancer. L’effet a été immédiat. Enfin le repos et une route dégagée se dessine pour penser à l’avenir.« 

Un explication en vidéo

Nous contacter

Voir aussi:

Qu’est-ce que le développement personnel?

Access Bars

Le stress

L’estime de soi

La confiance en soi

Le coaching humaniste

La sophrologie

ACCUEIL DU SITE

PROMOTION PRINTEMPS

 

 

By

Prise de décision

Voici un outil d’aide à la  mise en œuvre de votre projet.

Je vous propose d’abord de vous inspirer de ces 2 phrases de Christophe ANDRE

« Je peux prendre ma place et faire entendre ma voix ».

« Il est possible de changer le cours des choses ».

Comment pourriez-vous concrétiser ces assertions ?

Voici maintenant un guide pour votre réflexion

1- Quelle est ma situation actuelle ? Je décris en une phrase simple

2- Quelle est la situation que je veux obtenir? C’est la situation désirée « Qu’est-ce que je veux ? » (Objectifs)

3- Quelle est la prochaine étape pour me diriger vers ma situation finale voulue ?

4- De quoi ai-je besoin pour mettre en place cette prochaine étape? Listez ci-dessous vos idées ou actions inspirées

5- Je sélectionne mes actions, j’évalue le délai ; je répartis si besoin en petites étapes.

Quelques conseils :

  • Mettez votre focus sur une étape à la fois!

  • Nourrissez votre enthousiasme et votre Joie quoiqu’il arrive

  • Visualisez votre réussite !

  • Inspirez -vous des personnes qui vivent ce que vous désirez

  • Persévérez et modifiez ce qui ne fonctionne pas : adaptez et gardez confiance !

  • Notez toutes vos petites réussites et savourez-les !

Pour mener chaque action et atteindre vos objectifs, vous êtes amenées à prendre des décisions.

Je vous soumets un modèle réflexif :  le modèle IDEAL. Prendre des décisions fait partie d’une attitude plus assurée. Vous prenez le contrôle de votre vie et vous prenez les décisions qui vous conviennent, plutôt que de laisser quelqu’un d’autre prendre des décisions à votre place ou de vous laisser persuader par quelqu’un en dépit de tout bon sens. En identifiant le problème, vous serez plus apte à faire face aux éléments importants qui vous permettront de prendre la bonne décision

  • I – Identifiez le problème.

  • D – Décrivez toutes les solutions possibles. Celles-ci sont par exemple résoudre le problème vous-même, demander à quelqu’un d’intervenir ou ne rien faire.

  • E – Évaluez les conséquences de chaque solution. Évaluez vos sentiments et besoins afin de déterminer la solution qui vous convient le mieux.

  • A – Agissez. Choisissez une solution et appliquez-la. Utilisez les déclarations avec « je » pour exprimer vos sentiments et besoins.

  • L – Leçons. La solution a-t-elle fonctionné ? Évaluez pourquoi. Si elle n’a pas fonctionné, recommencez en établissant une liste de solutions possibles et en les passant toutes en revue.

Comprenez le but de votre décision ! C’est parce que le besoin d’agir se fait ressentir que vous prenez des décisions. Prenez donc le temps de déterminer pourquoi vous devez agir. Cela vous aidera à prendre la bonne décision.

Soyez honnête avec vous-même sur ce que vous voulez ! Agir de manière confiante ne vous apportera rien si vous ne prenez jamais de décisions ou si vous ne faites que suivre les autres. Les autres s’adapteront à vos besoins si vous leur dites clairement ce qu’ils sont.

Laissez les autres prendre toutes les décisions est une manière passive-agressive de déléguer vos responsabilités et de les mettre carrément sur le dos de quelqu’un d’autre. La prochaine fois que vos amis vous demandent où vous voulez aller manger, ne dites pas « Peu m’importe », donnez-leur une réponse concrète.

 

Je vous souhaite de superbes projets !

Bien à vous,

Claire Truquet,

Coach en développement personnel et professionnel, sophrologue, hypnothérapeute.

 

By

Montage vidéo des coachings de jeunes et sophro-coachings

NOUS CONTACTER

ACCUEIL DU SITE

En savoir plus sur le coaching de jeunes

Ressources:

En savoir plus sur l’orientation scolaire

Les petites Phrases assassines

Bien démarrer à la rentrée

Se préparer pour les examens

Tout le monde peut apprendre!

L’autonomie

 

By

Un objectif, c’est quoi au juste?

L’objectif en coaching est un élément clef de départ : on ne peut pas s’en passer, si on veut obtenir des résultats !

Je vous propose ici d’en comprendre l’enjeu

Ne pas avoir d’objectif, c’est comme être en mer sans gouvernail pour vous guider: avec de la chance, vous arriverez sur une île déserte, avec énormément de chance vous arriverez à vous retrouver dans un endroit sympathique, mais l’intérêt premier de vouloir arriver à une destination précise ne pourra être accompli.

A-t-on vraiment besoin d’un objectif ?

Se fixer un but est bénéfique pour plusieurs raisons.

Il nous aide à définir un axe à suivre et nous offre ainsi une liberté et tranquillité d’esprit. Nous savons où nous allons. Il pose un cadre rassurant au sein duquel nous pouvons, évoluer en sécurité, prendre confiance et explorer notre créativité. Car l’objectif nous permet certes d’atteindre ce que nous visons, mais il nous offre également la chance de grandir, de gagner en confiance.

Avoir une ligne directrice nous évite de nous perdre dans d’éternels questionnements qui ne font qu’ajouter du flou à nos prises de décisions.

Ainsi, l’objectif en vue, nous pouvons nous concentrer sur les actions concrètes à mettre en place. C’est également par cette démarche que le lâcher prise opère, car aussi paradoxal que cela puisse paraître, une fois le but fixé, il n’a plus d’importance! La mise en place d’actions pour y parvenir prendra alors la relève et c’est cela qui sera significatif.

Avoir un objectif nous aide également à consolider ou retrouver une bonne estime de soi. Rappelons tout d’abord ce qu’est l’estime de soi (selon Christophe André) . Il s’agit du rapport entre le regard et le jugement que l’on porte sur soi-mêmeL’estime de soi est composée de trois autres éléments

La confiance en soi, la vision de soi, l’amour de soi

Confiance en soi : la confiance en nos capacités à agir

Vision de soi : le regard que l’on pose sur soi

Amour de soi : l’amour que l’on se porte

Ces trois ingrédients vont ainsi augmenter ou diminuer l’estime de soi.

Si la confiance en soi repose sur notre foi en nos propres capacités d’actions, nous comprenons aisément que toutes les initiatives que nous mettrons en place pour atteindre notre but ne feront que la renforcer.

L’action est notre alliée et l’objectif nous y prépare.

Une chose toutefois à garder à l’esprit est qu’un objectif ne se décide pas de façon aléatoire ou sur un coup de tête. Nous avons tous en mémoire des objectifs que nous nous sommes fixés et que nous avons lâché en cours de route. Pourquoi ? Tout simplement parce qu’il n’était peut-être pas réalisable, ou encore car il ne correspondait pas à nos valeurs profondes, ou bien nous sommes nous fixer trop de buts en même temps… Toujours est-il que cela n’a pas fonctionné.

Voici quelques précisions méthodologiques sur la manière de formuler un objectif en coaching; la méthode SMARTE est simple à mettre en pratique.

Elle se décompose en 6 éléments complémentaires :

Votre objectif doit être:

Spécifique : votre objectif ne doit pas être formulé de manière vague, il doit être précis. Par exemple, être riche, ce n’est pas spécifique. Avoir 1.000.000€ de patrimoine, c’est précis, c’est défini précisément.

Mesurable : vous devez savoir quand vous aurez atteint votre objectif ou quand vous serez à 50% de votre objectif. Il doit être détaillé en terme de quantité et de temps.

Atteignable : s’il vous paraît un peu difficile, décomposez-le en plusieurs objectifs, cela vous paraîtra beaucoup plus simple. Attention, votre objectif doit être un peu ambitieux, il doit provoquer, chez vous, un léger inconfort sinon vous vous rendrez compte que cet objectif, une fois atteint, ne vous aura pas permis de grandir, de progresser réellement mais tout au plus satisfaire votre ego routinier.

Réalisable : Ne vous fixez pas non plus des objectifs inaccessibles tel que, par exemple, l’an prochain, je gagne au loto. Un objectif ne doit dépendre que de vous, de votre capacité à agir, à devenir meilleur.

Temporellement défini : vous devez avoir une échéance, sinon vous pourrez très bien procrastiner, et ne jamais l’accomplir. Si une date butoir est écrite, cela vous incitera à l’action car vous vous êtes engagé à respecter un délai.

Ecologique : vous devez être en accord avec votre objectif, ne pas être obligé(e) de faire 1000 sacrifices pour l’atteindre.

Maintenant, vous savez poser un objectif !action

Il faut désormais passer à l’action et définir, étape par étape, la stratégie à utiliser !

A bientôt !

Claire, Coach en développement personnel

Claire@passage-melete.com

Ressources:

L’estime de soi

Soyez optimiste et aimez-vous à votre juste valeur !

Qu’est-ce que le développement personnel ?

COACHING PERSONNEL

Bienvenue au Passage Mélété!

ACCUEIL DU SITE

By

Comment se sentir à sa place et l’assumer pleinement ?

Nous sommes uniques, formidables, qualifiées, expérimentées, félicitées…. oui, mais on continue à se demander si on mérite vraiment la place qu’on s’est octroyée !

Le sentiment d’illégitimité est typiquement féminin; peu d’hommes se posent les mêmes questions que nous : en serai-je vraiment capable ? Suis-je réellement prête ? Et s’il se passait ça… ou ça… comment je ferai ? Et si je me plante ? Et si je ne suis pas assez formée pour ça ?

« Je suis à côté de la plaque » peut-on se dire alors que les collègues sont satisfaits et que le client est comblé !

Ce sentiment d’illégitimité est la conséquence d’un déni de reconnaissance.  Cette reconnaissance, on l’acquiert grâce au premier regard posé sur nous, celui de nos parents et de notre entourage proche.  La façon dont le bébé et l’enfant sont regardés va définir les contours de la personnalité, constituer l’image qu’on a de soi et des autres. Dans la reconnaissance de ses parents, l’enfant cherche à être aimé ; c’est grâce à cette acceptation et cet amour qu’il peut s’affirmer par la suite et avoir sa place dans le monde: si ma valeur est légitimement reconnue, j’ai donc légitimement le droit de m’exprimer !

La légitimité se traduit par une attitude de confiance en soi : « je suis capable de faire ceci…., je suis reconnue pour cela…. ». La confiance s’acquiert par l’expérience, la connaissance de soi, l’acceptation de soi, la paix avec soi : être en contact avec ses valeurs profondes est indispensable pour se montrer authentique, aimable ( dans le sens : être aimé), efficace.

Comment faire pour se reconnaître enfin, pour trouver son identité et occuper pleinement la place que l’on souhaite ?

Notre société est certes individualiste ; quand on souffre d’un manque de reconnaissance, il est vain de chercher à être sans cesse rassurée par les autres ; au contraire, plus vous chercherez à être aimée, appréciée, plus vous vous plierez en quatre pour les autres, plus votre investissement sera généreux, et plus vous prouverez que vous n’existez que pour et par les autres. Prenez soin de vous : procurez-vous l’affection dont vous n’avez peut-être pas bénéficié, reconnaissez-vous en vous regardant objectivement ! Ne cherchez pas l’approbation, l’admiration ou même l’attention des autres, soyez votre propre fan !

L’amour commence par soi-même : si je me mets en valeur, si ma posture est congruente, si mes propos sont authentiques, je serai capable de relever les défis ! Si je connais bien mes capacités et mes limites, je peux me faire confiance et avancer sur mon chemin personnel.

Se reconnaître est une force intérieure, propice à la progression, à la stabilité émotionnelle et la motivation intrinsèque !

Aidons-nous à grandir avec confiance, en sécurité, en toute indépendance !. Et alors, nous accueillerons cette reconnaissance extérieure avec enthousiasme, en cohérence avec nos vraies valeurs !

Soyez-lumineuse ! Soyez-vous-même !

Bien à vous,

Claire,

Coach en développement personnel, sophrologue

By

Orientation scolaire

Comment réussir son orientation scolaire?

Les jeunes ont une connaissance limitée des débouchés professionnels et des métiers ; pourtant, les choix déterminants pour leur avenir sont à faire : en fin de 3ème, de 2nde, et de terminale. Environ 4 collégiens de 3ème sur 10 considèrent subir leur orientation plutôt que la choisir. Un grand sentiment d’injustice est alors ressenti. Comment accompagner les jeunes dans leur projet ?

Une orientation réussie devrait permettre à chacun d’exploiter tout son potentiel et de s’insérer professionnellement. Mais l’orientation consiste surtout à trier les élèves en fonction de leurs résultats scolaires dans les connaissances abstraites. Les talents exprimés dans d’autres domaines ne sont pas pris en compte.

Selon H. Gardner, l’individu est doté d’un certain type d’intelligence ; à l’école, on utilise surtout l’intelligence linguistique et l’intelligence logico-mathématique. Mieux connaître les formes d’intelligence développée chez un adolescent peut être très utile pour choisir une orientation ou un projet professionnel : on est forcément plus à l’aise et l’on réussit mieux dans une activité qui va solliciter en priorité les meilleures aptitudes. En dehors des 2 types d’intelligence cités plus haut, Gardner a mis en valeur l’intelligence kinesthésique (corporelle), spatiale, musicale, sociale(interpersonnelle), naturaliste, de la conscience de soi ( intra personnelle).

Amener le jeune à définir les liens entre son parcours de vie et ses formes d’intelligence multiples les plus développées permet de mieux se connaître et d’élargir la vision de soi : quels sont mes centres d’intérêts, mes qualités ? Quels environnements me conviennent ?

Un coaching d’orientation permet de définir un projet fiable, précis et ouvert sur plusieurs pistes : le plan B servira si le plan A ne convient plus, si le jeune évolue, si des centres d’intérêt nouveaux émergent.

Comment se déroule un coaching d’orientation ?

Après recueil des besoins immédiats, le jeune aidé du coach, verbalise les difficultés et émet des premières pistes. Débute alors la phase d’investigation et d’analyse : repérage des valeurs, aptitudes, traits de personnalité, autonomie; analyse du parcours et des motivations ; explorations professionnelles. Les hypothèses de projets sont approfondies, en lien avec le marché de l’emploi et les formations. Un plan d’action est élaboré, en fonction de la faisabilité.

Etre accompagné dans son choix d’orientation est primordial afin de mettre toutes les chances de son côté : il s’agit d’avancer sereinement en se posant les bonnes questions, pour atteindre son objectif personnel et professionnel, mais surtout pour éviter l’échec ou l’abandon en première année d’études supérieures et éviter ainsi de perdre du temps, de la motivation et une partie de sa confiance.

N’hésitez pas à vous renseigner !

 

By

Apprenons l’assertivité!

« Je voudrais apprendre à m’affirmer » est une demande courante en coaching. Ce petit article vous  aide à mieux cerner ce besoin.

 Cette requête peut être explorée sous différents angles. S’agit-il de se faire entendre des autres ? de donner son opinion ? de cesser d’être « transparent » ? de se valoriser ? de devenir plus « mordant » dans les conversations ?

Que signifie « s’affirmer » ? L’affirmation de soi est une compétence relationnelle : c’est la capacité à exprimer ses idées, ses valeurs, ses émotions, ses besoins et ses limites, en se respectant soi et les autres.

Je vous propose un petit questionnaire

       1.Vous arrive-t-il d’acheter quelque chose que vous ne voulez pas vraiment,  simplement parce que le vendeur vous en a persuadé ?  OUI – NON

  1. Lorsque vous ne comprenez pas vraiment ce qui est expliqué, demandez-vous facilement de répéter ou de clarifier ? OUI – NON
  1. Avez-vous tendance à vous sentir coupable lorsque quelque chose ne se passe pas bien, même si ce n’est pas réellement votre faute ? OUI – NON
  1. Avez-vous l’habitude de regarder vos interlocuteurs droits dans les yeux lorsque vous parlez ? OUI – NON
  1. Doit-on souvent vous demander de parler plus fort afin d’être mieux entendu ?  OUI – NON
  1. Êtes-vous facilement intimidé(e) par les personnes représentant l’autorité ?   OUI – NON
  1. Avez-vous tendance à vous tenir bien droit ? OUI – NON
  1. Vous arrive-t-il souvent d’être en colère, d’avoir envie de hurler, mais de vous taire ? OUI – NON
  2. Parvenez-vous facilement à demander de l’aide (ou quoi que ce soit d’autre dont vous auriez besoin) sans vous sentir coupable ou embarrassé ? OUI – NON

Explication des résultats au questionnaire

La personne assertive répond comme suit :

1 : Non – 2 : Oui – 3 : Non – 4 : Oui – 5 : Non – 6 : Non – 7 : Oui – 8 : Non – 9 : Oui

  1. La personne assertive n’a pas peur de dire non. Elle se sent libre de faire les choix qui lui conviennent.
  2. La personne assertive assume pleinement ses besoins. Elle ne craint pas le jugement des autres et n’a pas peur de formuler des demandes.
  3. La personne assertive assume la responsabilité de ses propres attitudes, mais pas de celle des autres. Elle ne se sent pas coupable de ce qui échappe à son contrôle.
  4. Le contact visuel franc et direct suggère la sincérité, la confiance en soi, la présomption d’être écouté et entendu ainsi que la disponibilité, l’écoute.
  5. La personne assertive veut être entendue.
  6. La personne assertive ne se laisse pas intimider par le statut de son interlocuteur, quel qu’il soit.
  7. Une bonne attitude corporelle transmet une image positive. Lorsque le sujet est limité par un handicap physique, le regard et l’expression du visage peuvent également communiquer une image positive.
  8. La personne assertive s’arrange pour que ses besoins soient respectés (autant que possible, et tout en respectant ceux des autres). Elle ne laisse pas les situations tourner en crise sans s’exprimer.
  9. La personne assertive est capable de demander de l’aide (quel que soit son besoin) sans se sentir coupable et sans avoir peur de déranger. Le cas échéant, elle est capable de demander simplement si elle dérange ou non, et d’attendre le bon moment. Elle se respecte elle-même autant qu’elle respecte les autres.

Comment faire alors pour devenir assertif?

 Il est essentiel d’abord de se connaître : comment affirmer ses besoins si on les connait mal ? comment faire part de ses émotions si on les identifie peu ? Comment présenter ses opinions si on ne les a pas approfondies ?

La quête de soi est l’affaire d’une vie ; on peut toutefois s’atteler à percevoir ses spécificités, à repérer ses  valeurs essentielles, à explorer ses ressentis…

Par ailleurs, devenir assertif n’est pas inné, mais s’acquiert suite à un entraînement à communiquer : une profonde connaissance de soi amène à se respecter mais aussi à oser révéler aux autres qui on est. S’exprimer en défendant ses idées et ses droits auprès de son entourage permet d’affiner son habileté mais offre aussi des relations authentiques. Formuler clairement ses demandes et ses besoins est la seule manière d’avoir une chance de recueillir une réponse ; exprimer son émotion, même si elle est parfois négative, améliore les relations interpersonnelles.

Mais comment ne pas agresser l’autre en s’affirmant ?

S’affirmer est un droit pour tous, pour peu que le respect soit de mise : « je comprends que tu ne sois pas de mon avis, mais mon opinion est toute autre ». Elever la voix et taper du poing sur la table pour faire entendre raison n’est pas un comportement assertif ; écouter l’autre et confronter ses idées avec fermeté et douceur est bien plus efficace et respectueux. Pour aller plus loin, une personne affirmée utilisera un langage adapté à l’autre, en se synchronisant (en étant sur la même longueur d’ondes) afin d’être compris et écouté et en usant d’empathie. Car s’affirmer ne peut se faire au détriment d’autrui, au risque de l’agresser et de tourner court au dialogue.

Comment communiquer de manière assertive ?

Dire les choses sans détours, en faisant part de ses ressentis, en toute franchise mais en préservant la relation ; si vous êtes sous la coupe d’une émotion forte comme la colère, attendez que celle-ci s’atténue pour entamer une discussion. Renforcez le contrôle de votre comportement sans accumuler de rancœur, en exprimant explicitement ce qui vous convient et ne vous convient pas !

Assurez-vous aussi que votre interlocuteur est réceptif, qu’il est prêt à dialoguer ; si ce n’est pas le cas, la conversation sera biaisée.

En résumé, L’affirmation de soi passe par :

  • Une bonne connaissance de soi, un repérage précis de ses ressentis, ses valeurs, ses idées.
  • La prise de conscience de ses droits et des droits de tous à s’exprimer
  • Des échanges interpersonnels de qualités, basés sur le respect, l’expression de demandes précises, l’écoute et l’empathie.

Bien cordialement,

Claire

 

 

 

 

By

Stressons utilement!

L’angoisse,  l’inquiétude, l’anxiété, le stress

La famille émotionnelle en question ici est celle de la peur : la peur est une émotion ressentie généralement en présence ou dans la perspective d’un danger. Bien sûr, la peur est nécessaire car elle permet de développer des stratégies pour survivre. La réponse physiologique à une peur déclenche une libération d’adrénaline qui permet d’utiliser les deux stratégies de survie les plus importantes : fuir ou combattre. Cette décharge chimique permet d’activer et d’accroître la fonction neuromusculaire et de diminuer les sensations douloureuses afin d’avoir une réponse optimum face au danger. Il est très rare à Boulogne ou même dans les pays européens d’être confronté à un lion en liberté ou un ours prêt à nous dévorer ! Ces menaces extrêmes qui concernent directement la survie du corps existent peu. Dans notre société, les peurs, généralement, deviennent une interprétation subjective d’une réponse corporelle à une situation perçue comme dangereuse et/ou issue de l’environnement culturel, familial ou religieux. 

Lorsque l’anxiété, l’angoisse ou le stress perdure, de nombreux désordres physiologiques et psychologiques apparaissent.

Parlons maintenant des agents stresseurs !

Les agents stresseurs sont la cause du stress, les responsables des pressions quotidiennes ou des agressions auxquelles nous sommes exposés et auxquelles notre organisme doit faire face pour se défendre.

L’agent stresseur peut prendre différentes formes :

  • physique ou psychologique avec des formes intermédiaires et mixtes
  • ponctuelle ou permanente.
  • conjoncturelle c’est à dire lié à un évènement ou structurelle et cette fois liée à l’environnement dans lequel on vit .
  • professionnelle ou personnelle c’est à dire liée à sa vie familiale, conjugale ou amicale
  • avec ou sans intervention possible. Un agent stresseur auquel il est possible de s’opposer devrait être moins lourd qu’un autre sans issue de changement possible.

La notion de stress correspond à la réaction physiologique, émotionnelle, affective et psychologique de l’individu soumis aux stresseurs.

Face au stress, le corps se défend

  • Le système cardiovasculaire pompe.

Vos battements cardiaques augmentent et pompent plus de sang vers vos muscles.

Vos artères se contractent pour augmenter votre pression artérielle

Vos veines se dilatent pour faciliter le flot de sang vers le cœur et l’oxygéner.

  • La respiration s’approfondit.

Vos poumons, votre gorge et vos narines s’ouvrent pour laisser entrer plus d’air et accélérer votre respiration.

Votre respiration s’approfondit et laisse entrer plus d’oxygène dans votre sang.

  • Les sens s’aiguisent pour vous garder alerte.

Vos pupilles se dilatent pour augmenter votre vision

Vos poils se dressent et vous rendent plus sensible au toucher.

Vous sécrétez de l’endorphine (un analgésique naturel) pour endormir la douleur en cas de blessure et vous aider à rester concentré.

  • La digestion est interrompue.

Les vaisseaux sanguins de l’estomac, de l’intestin et des reins se contractent.

Votre bouche s’assèche et votre vessie et vos intestins ne fonctionnent plus normalement.

  • La peau change.

Les vaisseaux sanguins sous la peau se resserrent et réduisent ainsi le risque de perdre trop de sang en cas de blessure.

Les glandes sudoripares s’activent pour vous rafraîchir en suant.

  • Le système reproducteur s’arrête.

L’ovulation est interrompue et la production d’estrogènes diminue.

Les testicules réduisent leur production de testostérone.

STRESSEURS POSITIFS/STRESSEURS NEGATIFS

Songez aux six derniers mois. Indiquez, ci-dessous, des exemples de stresseurs positifs et de stresseurs négatifs qui sont survenus dans votre vie durant cette période.

Mes stresseurs positifs

 

 Mes stresseurs négatifs

 

Evènements / Sources de stress

Les grands événements de la vie causent du stress.  Bien que vous soyez en mesure de surmonter un événement important, une série d’événements qui se produisent sur une courte période de temps peut poser un problème grave.

Passez en revue la liste d’évènements importants de la vie ci-dessous. Cochez tous ceux qui sont survenus dans votre vie au cours des douze derniers mois. Veuillez noter que certains des événements sont dépendants de votre volonté tandis que d’autres ne le sont pas.

Événements importants de la vie

  • Nouvel emploi
  • Commencer l’école ou obtenir son diplôme
  • Divorce ou séparation
  • Retraite
  • Blessure ou maladie grave
  • Maladie grave dans la famille
  • Mariage
  • Grossesse ou naissance d’un enfant
  • Licenciement ou perte d’emploi
  • Mort d’un membre de la famille
  • Problèmes d’ordre sexuel
  • Mort d’un ami intime
  • Changement important sur le plan financier
  • Difficultés au travail
  • Changement important sur le plan des affaires
  • Enfant qui quitte la maison
  • Ennuis avec les beaux-parents
  • Changement de résidence important
  • Cesser de fumer ou de boire
  • Nouvel emploi du conjoint
  • Recevoir une reconnaissance importante

_____ Nombre total d’événements importants de la vie au cours des douze derniers mois.

Les circonstances du stress

Où et quand êtes-vous le plus susceptible d’éprouver du stress?

Ressentez-vous plus de stress un jour particulier de la semaine ou à un moment particulier de la journée?

Associez-vous certaines personnes à vos situations stressantes?

Comment réagissez-vous au stress?

Décrypter ses émotions

L’émotion peut submerger l’individu, de par la multitude de paramètres physiques mis en œuvre. Analyser son émotion, la relier à des souvenirs familiaux, à des habitudes culturelles, à des événements similaires permet de mieux les identifier et les comprendre.

La compréhension des émotions passe par la notion de besoin.

Derrière chaque émotion, il y a un besoin.

 A l’origine, il s’agissait de notre besoin de survie, comme je l’ai indiqué au début de cet article. Selon François LELORD, psychiatre et psychothérapeute,  « notre gamme d’émotions s’est inscrite dans nos gênes dans la mesure où elles assurent notre survie. Tout comme notre capacité à nous tenir debout ou à saisir des objets nous a permis de mieux survivre et de nous reproduire dans notre environnement: le désir nous pousse à choisir un partenaire; la colère, à faire fuir les ennemis ; la peur nous tient à distance des périls ; la tristesse nous assure le soutien des autres. »

Les émotions s’enracinent dans des besoins qui sont ou ne sont pas satisfaits. Ainsi comprendre le sens de nos émotions, c’est évaluer ses besoins et dans quelle mesure ils sont satisfaits. Si on ressent des émotions positives comme de la joie, cela indique que le besoin est comblé ; si ce sont des émotions négatives comme la colère, cela indique que le besoin n’est pas comblé et qu’il faut y remédier.

Donc pour comprendre ses émotions, il faut se poser 3 questions :

Quel est le besoin en cause ?

Qu’est ce qui aide ou nuit à la satisfaction du besoin ?

Comment éviter l’insatisfaction ?

L’intensité de l’émotion, sa force et son importance sont en rapport avec le vécu de chacun. Personne, face à des circonstances similaires, ne vivra les mêmes émotions, n’aura le même ressenti. Identifier et comprendre les émotions est donc une démarche complètement personnelle : le message véhiculé par l’émotion ne peut être compris et décodé que par celui qui vit cette émotion.

Relation entre Besoin et Emotion/Ressenti

Voici 2 listes issues de la communication Non Violente ( M. Rosenberg) Ces listes ne sont qu’un point de départ pour votre propre exploration

Ressentis lorsque nos besoins sont satisfaits

AffectueuxSE

aimantE

amicalE

bien disposéE

chaleureuxSE

compatissantE

le coeur ouvert

plein de tendresse

Sûr de soi

confiantE

en sécurité

fierE

ouvertE

pleinE d’énergie

CaptivéE

absorbéE

charméE

curieuxSE

en extase

éveilléE

fascinéE

impliqué

intéresséE

intriguéE

plongé dedans

sous le charme

stimuléE

InspiréE

éblouiE

émerveilléE

en admiration

EnthousiasméE

admiratifVE

animéE

bouche bée

électrifiéE

en effervescence

excitéE

gaiE

légerE

passionnéE

pleinE d’énergie

pleinE d’entrain

surprisE

vibrantE

vivantE

Euphorique

aux anges

electriséE

exubérantE

exultant

follement heureux, extasiéE

frissonne de joie

radieuxSE

raviE

ReconnaissantE

émuE

pleinE d’appréciation

pleinE de gratitude

touchéE

PleinE d’espoir

en attente

encouragéE

optimiste

JoyeuxSE

amuséE

chatouilléE

contentE

heureuxSE

jubilantE

raviE

réjouiE

Paisible

à l’aise

adouciE

apaiséE

au repos

calme

centré

combléE

confiantE

d’humeur égale

détenduE

immobile

les idées claires

satisfaitE

sereinE

soulagéE

tranquille

RevigoréE

ragaillardiE

rajeuniE

régénéréE

reposéE

ressucitéE

vivifiéE

 

Ressentis lorsque nos besoins ne sont pas satisfaits

Peur

appréhensifVE

effrayéE

épouvantéE

inquietE

méfiantE

méfiantE

paniquéE

pétrifiéE

soupçonneuxSE

terrifiéE

AgacéE

consternéE

contrariéE

exaspéréE

frustréE

horripiléE

impatientE

irritéE

maussade

mécontentE

très ennuyéE

FachéE

en colère

enragéE

furieuxSe

indignéE

révolté

Aversion

animosité

écoeuréE

dégoutéE

haine

horrifiéE

hostile

me déplait

mépris

repousséE

DésorientéE

abasourdiE

déconcertéE

époustoufléE

hésitantE

intriguéE

mystifiéE

partagéE

perduE

perplexe

tirailléE entre 2 choix

DétachéE

absentE

aliénéE

distantE

distraitE

engourdiE, insensible

ennui

froidE

indifférentE

non intéresséE

renferméE

InquietE

agitéE

alarméE

bouleverséE

chambouléE

choquéE

déconcertéE

ébranléE

enervéE

instable

interloquéE, sursaut

mal à l’aise

nerveuxSE

pas tranquille

perturbéE

surprisE

tourmentéE

troubléE

turbulentE

vexéE

GênéE

coupable

dépitéE

embarasséE

empruntéE

honteuxSE

mortifiéE

FatiguéE

à bout

accabléE de fatigue

ensommeilléE

épuiséE

lasSE

léthargique

sans énergie

uséE

vidéE

Douleur

à l’agonie

accabléE de douleur

affligéE

anéantiE

blesséE

coeur brisé

pris de regrets

pris de remords

seulE

Triste

abattuE

cafardeuxSE

chagrinéE

découragéE

déçuE

délaisséE

dépriméE

désabuséE

désespéréE

écoeuréE

le coeur lourd

malheureuxSE

mélancolique

misérable

sans espoir

TenduE

affoléE

agitéE

angoisséE

crispéE

débordéE

grincheuxSE

instable

irritable

ne tient pas en place

nerveuxSE

stresséE

Vulnérable

faible

impuissantE, sans défense

mal assuréE

méfiantE

précaire

réservéE

sensibilité à vif

sur ses gardes

Désirer, languir de

avoir envie

en attente

envieuxSE

jalouxSE

mélancolique/nostalgique

Après l’observation et l’analyse, il faut passer à l’ACTION !

Rappelez-vous une émotion ou un contexte auquel vous avez voulu échapper ou que vous avez eu du mal à assumer.

Indiquez sur cette ligne du temps les effets à court terme et long terme de ce mécanisme d’évitement/affrontement. Il est bien sûr nécessaire de choisir l’option dans la case « évitement ou confrontation » selon votre situation personnelle : Fuyez-vous devant une situation difficile (un conflit interpersonnel par exemple) ou vous battez-vous ?

ligne temps

Vous voulez en savoir plus? 

Contactez-moi!

Claire TRUQUET, Coach en développement personnel et sophrologue.

claire@passage-melete.com

www.passage-melete.com

www.passage-melete.com

 

 

 

 

 

By

« Si tu travailles mal à l’école, tu finiras chômeur »

Les marques d’attention que nous exprimons à nos enfants peuvent être positives ou négatives ; les mots utilisés, en plus de véhiculer un message parfois toxique, sont le vecteur d’émotions stimulantes ou au contraire démotivantes.

Que souhaitons-nous pour nos enfants ? Quel est l’impact des termes que nous utilisons sur leur vie scolaire, personnelle, sociale ? Garderont-il cette étiquette que nous avons posée, durant leur vie d’adulte ?

« Si tu travailles mal à l’école, tu finiras chômeur » une phrase lancée dans l’énervement du moment et qui fait mouche !

La scolarité est souvent source de dispute, de mésentente et parfois de conflit … Elle pourrait pourtant faire l’objet de dialogues destinés à motiver l’enfant pour qu’il donne le meilleur de lui-même ! Dès 8 ans, l’enfant est capable de porter un regard critique sur  ses actions, ses comportements et son image. Un discours stimulant de ses référents adultes lui apportera le regard bienveillant dont il a besoin pour construire son estime de lui-même. C’est par nos yeux d’adultes que se voit l’enfant ! Plus tard, c’est grâce aux interactions sociales que l’adolescent apprendra à construire son identité, à renforcer sa confiance en lui, à s’évaluer précisément.

Comment pourrions-nous transformer cette « phrase-assassine » en message porteur de respect et de stimulation ?

D’abord, en supposant que l’avenir tout tracé du « mauvais élève » est lié à « Pôle emploi », on supprime toute possibilité de recadrage ; le jeune n’a pas droit à l’erreur ! La menace d’un futur incertain ne peut pas porter ses fruits puisqu’elle annihile toute idée de changement chez le jeune. Par ailleurs, l’implicite ( « si tu as de bonnes notes, je serai fier de toi ») suppose que c’est le résultat (l’évaluation scolaire) qui compte pour le parent : quid des efforts faits par l’enfant, même si les mauvaises notes affluent ? quid de l’investissement et du temps passé à réviser ? N’éprouve-t-on pas un amour inconditionnel pour son enfant, quels que soient ses actes, ses paroles, son attitude ? Au-delà de ça, le jeune sait, de toutes façons, que la réussite des études ne l’empêchera pas de galérer à trouver un emploi ! C’est la crédibilité du parent qui est mise à l’épreuve par cette menace.

Des résultats scolaires défaillants peuvent être améliorés par plusieurs biais : une méthode de travail efficace, une organisation plus rigoureuse,  des cours de soutien, et surtout… une meilleure confiance en ses capacités, une analyse des stratégies de travail, la connaissance de soi, la définition d’un vrai projet de vie…

Si l’enfant a besoin d’aide, soyons disponible et répondons présent ! Hiérarchisons nos priorités : est-il essentiel d’éplucher vos pommes de terre et carottes à ce moment-là, exactement? Pouvons-nous détourner votre regard de l’écran de télé ou du PC ? Est-il possible de reporter un appel téléphonique à plus tard ?

C’est parce que l’enfant sait qu’il peut compter sur l’adulte qu’il se sentira rassuré. Montrons vous concerné par ce qu’il fait à l’école ! Aidons-le à réfléchir à son investissement : combien de temps consacre-t-il à son travail scolaire ? A-t-il des procédés de mémorisation efficients ? Enrichit-il ses cours par des lectures, des vidéos, des conversations ? Sait-il organiser ses révisions ? Son environnement est-il favorable à l’apprentissage ? Qu’est-ce qui le motive vraiment ? Se sent-il capable de réussir ? Prend-il le risque d’échouer ? Se lance-t-il de lui-même dans ses apprentissages ? A-t-il conscience de ses axes de progrès ?

Toutes ces questions, posons-les avec le jeune, réfléchissons ensemble dans un dialogue responsabilisant (pour l’adulte et le jeune) aux multiples possibles !

Construisons ensemble son parcours !

Claire TRUQUET, coach certifiée.

www.passage-melete.com

By

Bien démarrer l’année au collège, au lycée ou en études supérieures

Une nouvelle rentrée est souvent l’occasion de mettre à plat ses souhaits et de prendre « de bonnes résolutions »… Comment conforter cette attitude positive ?

 

D’abord, il est essentiel de prendre le temps de se poser et d’aborder la rentrée sereinement !

J’ai peur de découvrir ma classe. Est-ce que je vais revoir mes copains, les gens sur lesquels je peux compter ? Qu’en est-il des profs ? Vais-je m’ennuyer ? avoir du mal à comprendre ? Le rythme sera-t-il soutenu ? Va-t-on me proposer des choses intéressantes à apprendre ?

L’inquiétude est tout à fait normale, quels que soient votre âge et votre situation ! Sachez que les profs eux-mêmes sont stressés par la rentrée : Eux non plus ne vous connaissent pas ; ils se demandent si le groupe va fonctionner, si les élèves vont les écouter, si la relation sera riche,etc

Evitez les « scenarios catastrophe » : que vous soyez anxieux ou non, la rentrée se déroulera comme d’habitude : prise de contact, information sur le programme et le fonctionnement. Vous allez cotoyer des jeunes qui, comme vous, se demandent « à quelle sauce ils vont être mangés » !

Une petite astuce consiste à noter ou à dessiner sur un papier toutes vos craintes : vous pourrez l’appeller « la liste des moments difficiles ». Pour chaque élément, examinez les conséquences et positivez ! Par exemple, si vous craignez de ne pas retrouver vos copains dans la classe, vous serez peut-être destabilisé mais cela vous donnera l’occasion de vous faire de nouveaux amis… et d’élargir votre réseau. Si vous êtes mal à l’aise avec une matière, vous savez qu’il vous faudra faire un peu plus d’effort ; envisagez de nouvelles stratégies de travail : travail en binôme par skype avec un élève que vous affectionnez, inscription aux tutorats, aide personnalisée, recherche des dispositifs d’aide ( les communes proposent souvent des ateliers d’accompagnement scolaire), repérage des blogs disciplinaires sur internet (c’est une ressource quasi illimitée : bien des profs font profiter les internautes de leurs cours expliqués en vidéo), petits cahiers de révision, etc

A chaque problème, sa solution !

Ensuite, il est indispensable de s’astreindre à des habitudes favorables à votre travail scolaire et votre épanouissement personnel !

Dès que vous aurez votre emploi du temps, organisez votre planning : temps scolaire, repas, travail personnel (vous pouvez même choisir quelles matières vous allez travailler chaque soir), temps de repos/de rêverie, sport ou activité culturelle, jeu ( vidéo ou autre), activités sociales (prenez du temps chaque semaine pour discuter, échanger, confronter vos idées : apprendre à s’affirmer fait partie de l’équilibre émotionnel et psychique), temps de sommeil (calculez votre temps moyen de sommeil nécessaire et fixez vous une heure de lever et de coucher régulière).

Détendez-vous un maximum et trouvez les outils de votre bien-être !

Plus vous vous sentirez bien sur les plans personnel, intellectuel et social, mieux vous serez à même de suivre vos cours et d’assimiler les connaissances. Certains ont besoin de musique, d’autres de pratiques artistiques (peinture, dessin, art graphique, théâtre, etc), d’autres encore se ressourcent lors de promenades en pleine nature… qu’est-ce qui vous convient ? Etes-vous plutôt intellectuel et vous passez vos soirées à lire ? Préférez-vous bricoler et construire des objets ? Aimez-vous rêver, un casque sur les oreilles ? Etes-vous adepte du jogging ou du foot ? Une vie équilibrée se construit grâce aux occupations variées. Un excès dans certaines activités ou une absence d’activité en dehors du temps scolaire ne peuvent vous fournir de bonnes conditions pour vous sentir bien.

Optez pour le « carnet de kiffs » !

Chaque jour vous apporte des occasions vous permettant d’enrichir votre confiance en vous, votre estime personnelle : notez les moments que vous avez appréciés, développez les sentiments que vous avez éprouvés, listez les émotions successives que vous avez ressenties ; qu’est-ce qui contrôle votre humeur ? de quoi avez-vous besoin ?

Ce petit carnet peut vous permettre d’apprendre à vous connaître pour mieux vous apprécier, croire en vos capacités et progresser. De plus, bien se connaitre soi-même permet d’être mieux connecté aux autres ! Rendez-vous disponible à vous-même !

C’est vous-même qui évoluez dans le cadre scolaire, familial, social et personnel : qui sait mieux que vous ce qui vous convient et les points forts sur lesquels vous pouvez vous appuyer pour être performant ?

Votre motivation à donner le meilleur de vous-même est bien sûr nourrie par vos parents, vos profs, vos copains : notez toutes les petites remarques positives qu’on vous a faites !

Votre motivation est aussi et surtout nourrie par le regard que vous posez sur vous-même : croyez en vous, en votre capacité à vous dépasser et vous surmonterez tous les obstacles que vous allez rencontrer !

Je vous souhaite une excellente rentrée !

Claire, coach certifiée à votre disposition.

NOUS CONTACTER