Passage Mélété

Ouvrir le champ des possibles pour que chacun trouve sa place et s'y sente bien!

By

Qu’est-ce que l’autonomie?

L’ENFANT EN QUETE D’AUTONOMIE…

Dans une approche pédagogique, l’autonomie d’un enfant se traduit par la capacité à s’organiser seul, à prendre des initiatives ; amener un enfant à être autonome, c’est l’amener à se détacher progressivement de l’adulte ou de ses camarades pour réaliser seul le plus grand répertoire d’actions possibles.

Comment se traduit l’autonomie?

L’autonomie physique et pratique : Elle consiste dans un premier temps, pour l’enfant, à connaître son corps, à développer sa motricité, c’est-à-dire à être autonome par rapport à soi-même, et à maîtriser ses actes et, dans un second temps, à maîtriser son environnement. Cette première autonomie va engager l’enfant à s’occuper activement, à démarrer une activité, choisir un atelier et circuler dans la classe ou dans l’école. L’autonomie pratique est aussi la capacité de l’enfant à connaître les outils de travail mis à sa disposition, à les situer dans la classe et à savoir s’en servir à bon escient

L’autonomie affective : elle se définit par le fait d’oser prendre des décisions, de les assumer sans en avoir peur, de ne pas être dépendant de l’approbation et du jugement des autres, de savoir recevoir la critique constructive et d’avoir confiance en soi. L’enfant doit se sentir en sécurité et évoluer dans un climat de confiance.

L’autonomie intellectuelle:  un enfant autonome intellectuellement pense par lui-même, c’est-à-dire qu’il peut mobiliser des compétences transversales et spécifiques à chaque discipline, des savoirs et des savoir-faire, pour résoudre des problèmes. Il est capable d’appréhender les situations proposées qui ne sont pas uniquement des situations analogiques ou modèles. L’enfant doit progressivement devenir indépendant pour raisonner seul. Il doit s’investir dans une démarche de recherche tout en envisageant par lui-même les résultats de son activité de réflexion.passage-melete.com.conflit.jeunes

L’autonomie sociale et l’autonomie morale: Un enfant qui est autonome socialement est un enfant qui est capable de vivre dans un groupe tout en ayant une place singulière dans ce dernier. Ainsi, la socialisation et l’autonomie sont étroitement liées. On apprend avec les autres tout en adoptant une démarche personnelle liée à la combinaison de toutes nos influences (sociales, culturelles…). L’autonomie sociale consiste donc, à partir d’identifications multiples, à se construire un projet personnel. Pour terminer, un enfant est autonome moralement lorsqu’il est capable de comprendre la nécessité de se donner des lois et des règles morales et lorsqu’il est capable d’adapter son comportement à ces règles.

Ainsi, l’autonomie est le résultat d’un long processus : l’enfant ne peut devenir autonome du jour au lendemain ou d’une année sur l’autre. C’est un état qui se construit à travers le temps et qui n’est jamais définitivement gagné. Les cinq pôles de l’autonomie sont interdépendants.

Des écueils peuvent apparaître dans l’autonomisation : l’enfant peu autonome aura des difficultés à s’organiser, à comprendre la méthode de travail, à résoudre des problèmes, à adapter sa démarche en fonction des objectifs, ou à travailler seul tout simplement. L’autonomie est essentielle pour le futur de l’enfant : le fait de pouvoir décider de sa vie par soi-même en fonction de sa volonté et de ses désirs, sans être soumis à la tutelle d’une autorité est une forme de liberté vitale. De même, l’autonomie se traduit par la capacité à faire face seul aux événements de la vie, dans le sens où une personne autonome ne liera pas des relations de dépendance avec les autres, notamment au sein d’un couple.

QU’EST-CE QUE LE COACHING SCOLAIRE?

Plaquette de présentation du coaching scolaire

NOUS CONTACTER