Passage Mélété

Ouvrir le champ des possibles pour que chacun trouve sa place et s'y sente bien!

By

Les intelligences multiples: tout le monde peut apprendre

L’ADOLESCENT ET LES INTELLIGENCES MULTIPLES

 

 17 % des jeunes sortent du système éducatif chaque année sans diplôme ou uniquement avec le Brevet des Collèges.

L’école est donc ouverte à tous, mais ce système démocratique n’est pas gage de réussite pour tous.

Le jeune en échec a accumulé un important retard dans les domaines scolaires. L’écart entre « ce qu’il sait faire » et « ce qu’il devrait savoir faire » est perçu comme trop important pour qu’il puisse réussir là où il se trouve.

L’adolescent en difficulté est dans l’incapacité de réaliser les apprentissages qu’il doit faire à l’école, et donc à acquérir les connaissances et compétences mentionnées dans les programmes. La difficulté scolaire se traduit par des résultats insuffisants et par réaction s’accompagne souvent de comportements difficiles: passivité, inactivité ou agitation, agressivité, voire violence.passage-melete.com.fatigue

L’adolescent peut ponctuellement ou de manière pérenne rencontrer des difficultés et tenter de les surmonter seul ; celles-ci ne sont pas forcément visibles au travers d’ un comportement spécifique mais se traduisent plutôt par une lassitude générale, une lenteur dans la mise au travail, un désintérêt qui peut s’accroître sans aide extérieure.

ON A TOUS BESOIN D’APPRENDRE !

Le cerveau est continuellement en train d’échanger de l’énergie et des informations avec le monde extérieur. Le besoin d’apprendre est donc une nécessité physiologique du cerveau. L’enfant, l’adolescent ou l’adulte apprend au contact de l’environnement physique,matériel, familial, social, culturel.

Apprendre peut être une quête sans fin pour celui dont la curiosité reste insatiable. Chercher à comprendre est le mode d’expression de l’énergie vitale de beaucoup d’individus.

UTILISONS TOUTES NOS FORMES D’INTELLIGENCE !

Howard Gardner propose cette définition de l’intelligence : elle se manifeste de multiples façons, huit à ce jour, et que dans chaque cas, « l’intelligence correspond à une capacité à résoudre des problèmes ou à produire des biens, de différentes natures et au sens large, ayant une valeur dans un contexte culturel ou collectif précis » Chaque personne dispose à sa naissance d’un groupe d’intelligences, dont chacune se développera selon un rythme qui lui est propre.

Gardner présente les 8 formes d’intelligence suivantes :passage-melete.com.lab

L’intelligence verbale-linguistique : c’est la capacité d’utiliser les mots efficacement, oralement ou par écrit. La personne aime lire, raconter ou entendre des histoires, parle facilement, pratique les jeux de mots (mots croisés, scrabble…) ; de plus, elle présente souvent une bonne mémoire des dates et des noms, parle beaucoup et se rappelle les histoires drôles.

L’intelligence logico-mathématique : c’est la capacité à calculer, quantifier, résoudre des problèmes mathématiques, émettre des hypothèses, être à l’aise avec l’abstrait, les symboles et les signes mathématiques. C’est posséder une pensée déductive et aimer les problèmes impliquant la logique. On la reconnaît chez une personne qui formule des opérations mathématiques, crée et joue aux jeux de stratégie, utilise les diagrammes ou les analogies pour expliquer, cherche les causes et les conséquences d’un fait, veut raisonner, savoir ce qui arrivera ensuite et pense en étapes et en séquences.

Le cursus scolaire classique fait appel principalement à ces deux premières formes d’intelligence : verbale et logico-mathématique. Les enfants dotés d’une autre prédominance sont souvent sujets à des difficultés.

L’intelligence corporelle-kinesthésique : c’est la capacité à utiliser son corps pour communiquer, à manipuler des objets délicats et à réussir des mouvements très précis. On reconnaît cette forme d’intelligence chez une personne qui utilise son corps pour vivre ses émotions, communique bien par gestes, est compétent en coordination, dextérité, flexibilité.  Elle a besoin de bouger, de toucher, de prendre les choses et jouer avec.

L’intelligence spatiale : c’est la capacité de penser en trois dimensions, de faire de l’imagerie mentale, de raisonner de façon spatiale, de manipuler des images graphiques et de voir des actions en images visuelles de façon mentale. Il s’agit des personnes qui perçoivent l’espace visio-spatial, sont sensibles aux formes et aux couleurs, se situent dans l’espace, apprennent par l’image, les graphiques, les illustrations.

L’intelligence musicale : c’est la capacité de discerner des rythmes, des timbres sonores, de percevoir des sons, de rendre des émotions en musique, écrire des partitions… On la reconnaît chez des personnes qui jouent un instrument, écrivent des chansons, dirigent une pièce musicale, vivent des émotions en écoutant de la musique.

L’intelligence interpersonnelle: c’est la capacité de bien interagir avec les autres, de percevoir leurs humeurs, intentions, motivations et émotions, d’être sensible aux messages gestuels et être adaptable selon les contextes. La personne aime enseigner à une autre, entrer en relation d’aide, collaborer dans un travail, aider à résoudre des problèmes, diriger une équipe, faire de l’écoute active. Cette personne a un bon contact avec les gens, aime parler et influencer, est un organisateur, habile en résolution de conflits et a une bonne écoute, aime travailler en équipe et a besoin des autres pour apprendre.

L’intelligence intrapersonnelle : c’est la capacité de bien se connaître, de comprendre ses émotions, de mettre des mots sur sa démarche personnelle. L’individu a de l’estime de lui-même et de l’autodiscipline, partage avec les autres ses valeurs personnelles et mène à bien une tâche, a le sens de l’autocritique…

 L’intelligence naturaliste : c’est la capacité d’être attentif au monde vivant, aux espèces animales, végétales, d’observer les espèces, de comprendre les écosystèmes… Le chasseur, l’indigène qui sait vivre en symbiose avec la nature, mais aussi le naturaliste, le photographe animalier ont cette forme d’intelligence. C’est aussi une capacité à classer et à retenir en détail les caractéristiques de chaque élément.

Chaque individu a une prédominance mais peut exploiter et enrichir les autres types d’intelligence. Certains enfants pas assez stimulés, ne sont pas en capacité d’élargir leur approche cognitive et sont donc confrontés à une inadaptation sociale ou scolaire, une gêne pour mémoriser, classer, utiliser leur corps ou le langage… Le coaching scolaire utilise la théorie de Gardner et accompagne l’adolescent à identifier ses perceptions et mobiliser toutes ses ressources.

Teen girl gesturing thumbs up.

.

En savoir plus sur le coaching pédagogique

logo_opt

Nous contacter